« Sainte Russie », un livre d’Alain Besançon. Par François d’Orcival, de l’Académie des sciences morales et politiques

Alain Besançon publie depuis quarante-cinq ans de grands textes sur la Russie qu’elle soit tsariste, soviétique ou « démocratique ». Le magistral essai qu’il nous donne ici forme une synthèse de sa réflexion sur le sujet. Il y a dans cette Sainte Russie une sorte de sainte colère contre les préjugés, les crédulités, ou les passions qui ont animé l’histoire des relations entre l’Occident en général, l’Europe en particulier, et la Russie.

Son propos est illustré par un mot de Marx datant de 1857 : « La Russie offre l’unique exemple d’un immense empire qui, même après des réalisations d’envergure mondiale, ne cesse d’être considéré comme une affaire de croyance et non de fait. »

Pourquoi ? Pourquoi notre vision de la Russie est-elle à ce point cette « collection d’illusions diverses et opposées » ? D’abord à cause de la Russie elle-même chez qui l’art du mensonge est aussi ancien que le pays. Ensuite, parce que l’histoire intellectuelle de la Russie, sa matrice religieuse, son orthodoxie, en font un empire déroutant et complexe, contradictoire, illustré par ses plus grands écrivains, Gogol, Pouchkine, Dostoïevski.

Enfin, nous avons eu le schisme léniniste qui se donnait pour but de tout effacer de ce qui avait constitué la Russie. Et qui a ajouté sa terrifiante dimension à la difficulté d’approche qui existait déjà. Le rôle de l’idéologie y a-t-il été mineur ou capital ? Alain Besançon estime que ce rôle est central ; il n’a jamais cru que le régime communiste pouvait se réformer : ou bien il durait ou bien il disparaissait.

Et nous Français devant cette Sainte Russie, nous  avons été constamment bercés tantôt par l’idée de l’alliance de revers vis-à-vis de l’Allemagne tantôt par le charme russe. Nous admirons la Russie, dit Besançon, « alternativement par raison ou par religion ». Il plaide pour qu’enfin « le fait se substitue à la croyance ».

Sainte  Russie est publié aux éditions de Fallois.

Tags: , ,

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *