Une bien jolie mise en Seine… Par Hélène Renard

L’une des plus belles vues de Paris est, à mon goût, la perspective qui s’ouvre lorsque l’on sort de la Cour Carrée du Louvre pour traverser la passerelle des Arts vers le Palais de l’Institut de France. Il n’est  pas surprenant qu’elle ait inspiré nombre d’artistes, peintres, pastellistes, aquarellistes, comme en témoigne  la collection de tableaux qui orne les murs de l’un des salons de l’Institut.  La majeure partie semble dater du XIX è et du début du XX è siècle. Les styles en sont divers et je ne sais pas qui a pensé à réunir toutes ces toiles représentant la Seine, les quais, avec quelquefois des travaux ou des tas de sable, les péniches, la bibliothèque Mazarine et la Coupole.

© B.Mazodier

Mais cet amateur avisé aurait pu enrichir sa collection avec les toiles récemment exposées d’une artiste peintre manifestement amoureuse de cet endroit, Colette M. Daumas.

Elle exposait, courant décembre, et trop brièvement, une quarantaine de toiles, accrochées dans une péniche, baptisée  » Daphné », amarrée au pied de Notre-Dame de Paris. Cette galerie originale ne pouvait être mieux choisie puisque l’exposition s’intitulait « Mise en Seine ».

© B.Mazodier

Le fleuve et ses reflets, les ponts vus de dessous, le Pont des Arts (plusieurs fois représenté), le Pont neuf, celui du Carrousel, les quais arborés et les boîtes des bouquinistes,  semblent être pour elle une source d’inspiration inépuisable. Elle se plait aussi à dessiner les péniches, avec des jeux de ligne marqués et de minuscules jardins suspendus. Elle insiste presque plus sur les ciels que sur l’eau. Et ne sachant leur donner un nom, elle les a tout simplement titrés : « ciel gris n° 1 » , « ciel gris n° 2 » !  Il est vrai qu’elle travaille beaucoup ses couleurs pour trouver des tons originaux, et ses gris bleuté, tirant parfois sur le mauve ou le rose, reviennent volontiers dans sa palette.

Quelques pastels aussi méritaient attention et surtout une très belle lithographie qui a nécessité 52 passages et 2 ans de travail.

Souhaitons que Colette M. Daumas replante bientôt son chevalet sur les rives de la Seine que l’on admire tous les jours des fenêtres du studio de Canal Académie…

On peut consulter son site : www.lescouleursdecolette.com

 

Hélène Renard

Tags: , ,

  1. Koronin’s avatar

    Il est toujours agréable de lire un sujet de peinture rédigé par quelqu’un qui comprend ce qu’est l’acte de peindre.

    J’adhère volontiers à votre blog !

    Cordialement,

    Ph.Morin/koronin

    Répondre

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *