Allocution (traduite du chinois) de M. Chang Yun-Cheng, Vice-Ministre de la Culture de la République de Chine à Taïwan, à l’occasion de la remise des Prix franco-taïwanais le 8 octobre 2012

Monsieur le Secrétaire perpétuel, Madame le Président,

Mesdames et Messieurs les Académiciens, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

Mesdames et Messieurs,

Je tiens tout d’abord à remercier Monsieur le Secrétaire perpétuel et Madame le Président pour les paroles de bienvenue. Pouvoir coprésider ce soir, dans ce Palais de l’Institut de France, avec Monsieur le Secrétaire perpétuel Xavier Darcos, la seizième cérémonie de remise des prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise est un honneur que je ressens profondément. Avant mon départ, Madame Long Ying-Tai, Ministre de la Culture de la République de Chine, m’a chargé tout particulièrement de vous exprimer ses respectueuses salutations.

Comme l’a rappelé Monsieur le Secrétaire perpétuel, les Prix culturels franco-taïwanais jouent un rôle tout à fait important pour les échanges culturels ente la France et l’Europe, d’une part, et Taiwan, d’autre part. Depuis plus de seize années, ils constituent un encouragement considérable pour de nombreux lauréats dont l’œuvre contribue à faire mieux connaître la culture de Taïwan. Ils sont aussi une formidable incitation pour des acteurs culturels et des universitaires européens à s’investir dans les échanges culturels avec Taïwan. Tout cela n’eût pu être réalisé sans le soutien actif des Secrétaires perpétuels et des Présidents

qui se sont succédés depuis seize ans, sans celui des Académiciens membres du jury, ni sans celui de tous ceux qui nous font l’amitié de s’intéresser avec passion à la culture de Taiwan. Que tous en soient chaleureusement remerciés ! C’est grâce à eux que notre coopération culturelle peut continuer à se développer. Mais nous comptons bien évidemment également sur tous les lauréats dont les talents divers doivent permettre d’intensifier les échanges ente les cultures de l’Europe et de Taïwan, pour le plus grand profit des valeurs humanistes auxquelles nous sommes attachés.

Les deux lauréats d’aujourd’hui consacrent depuis plusieurs années leurs efforts, l’une à la littérature taïwanaise, l’autre aux arts vivants de Taiwan. Naguère, alors que la littérature et la culture de Taiwan étaient-encore largement inconnues des universitaires d’Europe centrale et orientale, Madame Dluhosova a joué un rôle de pionnier pour la République tchèque, mais aussi pour l’ensemble de l’Europe orientale, dans le domaine des études taïwanaises. Par ses publications relatives à Taiwan, par la tenue de cours, par l’organisation de séminaires et colloques, notamment le congrès annuel de l’Association européenne des Etudes taïwanaises à Prague, en 2008, Madame Dluhosova a suscité l’intérêt pour Taiwan à de nombreux étudiants tchèques, mais aussi hongrois, roumains, slovaques, lithuaniens, russes, slovènes et autrichiens. Nous lui sommes profondément obligés pour cette méritoire contribution et lui exprimons toute notre gratitude.

La Maison des Cultures du Monde a été récompensée en 2003 par le Prix culturel franco-taïwanais. Aujourd’hui, nous lui adressons nos félicitations pour avoir à nouveau obtenu ce prix. Fondée en 1982, la MCM a toujours eu une approche ouverte de toutes les cultures qui se sont développées dans les différents pays du monde et au sein des groupements humains les plus divers. Cette démarche profondément humaniste lui a permis de transcender les barrières érigées par l’ordre politique international et c’est ainsi que, dès sa création, la MCM, pleinement consciente de son rôle innovateur, a invité des artistes taïwanais à venir jouer en France, permettant par là même au public européen de découvrir les arts taïwanais dans leur spécificité, loin des courants dominants du marché. Sous la conduite de son actuelle directrice, Madame Arwad Esber, la MCM a produit en cinq années pas moins de douze spectacles taïwanais. Le mois dernier encore, en coopération avec le Centre culturel de Taiwan à Paris, la MCM a accueilli l’artiste de musique Nanguan, Wang Hsin-Hsin, pour le plus grand bonheur d’un public qui a été conquis. Que la MCM soit sincèrement remerciée pour son rôle de passeur entre les arts vivants taïwanais et l’Europe !

Unanimement convaincus des mérites des deux lauréats, le jury de la Fondation culturelle franco-taïwanaise a tenu, par l’attribution d’un prix, à manifester son appréciation de leur contribution éminente aux échanges culturels entre l’Europe et Taïwan. Et c’est donc sans la moindre réserve que j’adresse mes félicitations à Madame Dluhosova et à Madame Esber.

Pour terminer, je me dois, au nom de Madame la Ministre Long Ying-Tai, de remercier à nouveau l’Académie des sciences morales et politiques, de féliciter les lauréats et d’inciter tous les présents à venir découvrir Taïwan et l’hospitalité chaleureuse des Taïwanais.

 

Merci à tous !

 

 

Tags:

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *